GENETIQUE HUMAINE
DES MALADIES INFECTIEUSES

INSERM U980

Faculté de Médecine Necker
156, rue de Vaugirard
75015 PARIS
FRANCE

Tel : +33 1 40 61 53 81
Fax : +33 1 40 61 56 88
Email :
PRESENTATION GENERALE
L'objet du laboratoire de génétique humaine des maladies infectieuses est de déterminer les bases génétiques de la prédisposition ou de la résistance aux maladies infectieuses chez l'homme. Deux hypothèses de travail guident la démarche expérimentale du laboratoire. D'une part, l'agent infectieux microbien est nécessaire, mais non suffisant, au développement d'une maladie infectieuse. D'autre part, il existe une différence de degré et non de nature, au plan immunologique et génétique, entre les sujets qui développent une infection opportuniste rare et ceux qui développent une maladie infectieuse commune.De ces hypothèses découlent les corollaires suivants :
  1. tous les hommes ont un déficit immunitaire héréditaire, dès lors qu'ils sont vulnérables à au moins un agent infectieux
  2. il existe une continuité et une variabilité génétique déterminant la résistance des hommes en miroir de la continuité et de la variabilité génétique déterminant la virulence des micro-organismes
Au plan expérimental, le laboratoire associe deux équipes qui collaborent autour de projets communs.

L'équipe d'épidémiologie génétique développe des modèles mathématiques et statistiques originaux et les applique en particulier à l'étude du déterminisme génétique des maladies infectieuses communes. Elle s'appuie sur des études de populations dans des zones d'endémie, notamment dans les pays en voie de déloppement. Il s'agit le plus souvent d'une génétique complexe, faisant appel à la contribution de plusieurs gènes.

L'équipe de génétique moléculaire développe des outils immunologiques originaux et les applique à l'identification et à la caractérisation de mutations responsables de maladies infectieuses rares. Elle s'appuie sur des études de cas sporadiques ou familiaux provenant de nombreux pays, notamment des pays développés. Il s'agit le plus souvent d'une génétique Mendélienne, faisant appel à la contribution d'un seul gène morbide.
Les deux équipes abordent donc la question de la génétique humaine des maladies infectieuses par deux approches complémentaires et synergiques.